Comment Vintage – CLOTAIRE sera-t-il dans le futur | Vintage – CLOTAIRE

Etagères Clotaire | L’atelier Belle Lurette, rénovation de .. | Vintage – CLOTAIRE

En cette fin d’année 2016, j’ai envie de dresser mon bilan mode personnel. Qu’est-ce que j’ai acheté, et surtout, comment je l’ai acheté. Je trouve que ça en dit long sur mon rapport au vêtement et sur ma quête de style.

Cette envie de bilan m’est venue en faisant mes comptes. D’un naturel plutôt dépensier, depuis quatre ans je note chacun de mes achats en habillement. J’en avais assez de culpabiliser en me disant que je claquais trop dans les fringues sans savoir exactement où mon argent passait.

Cette habitude de tout noter m’aide à y voir plus clair. J’ai désormais une conscience aiguë de ce que j’acquiers, de la durée de vie de chaque fringue, de mes éventuelles erreurs, de mes priorités.

Ce rituel a par ailleurs renforcé le rapport utilitaire que j’ai au vêtement. J’aime les fringues qui durent, que je vais mettre beaucoup, avec un bon cost per wear. Je ne peux pas me permettre les fringues de pure fantaisie. J’aimerais bien, j’en rêve souvent, mais je n’ai jamais eu le budget qui me permettait ça. Je me suis construite en en tenant compte. En revanche, je n’hésite pas à mettre le prix quand j’estime que l’investissement en vaut la peine. Et cette mentalité raisonnée ne veut pas dire que je ne prends pas de plaisir lors de l’achat d’un vêtement, bien au contraire. Chaque nouvelle acquisition est tellement pensée que j’ai le temps de la savourer.

Search Results for “Print Haitian Flag” – Calendar 2015 - Vintage - CLOTAIRE
Search Results for “Print Haitian Flag” – Calendar 2015 – Vintage – CLOTAIRE | Vintage – CLOTAIRE

Cette année, j’ai d’autant plus apprécié chaque achat que mon budget mode était plus serré. Nos priorités sont allées à notre voyage en Californie en avril et à plusieurs frais et travaux pour la maison. Ca ne m’empêche pas d’avoir conscience que je suis privilégiée: même limité, mon budget reste conséquent.

Voici donc la liste de ce que je me suis acheté, dans l’ordre d’acquisition, au cours de l’année 2016: un sac et un portefeuille Tila March, deux soutiens-gorge et deux bas de pyjama Princesse Tam Tam (en soldes), cinq tee-shirts et un pull en cachemire (le modèle d’été ci-dessus, en marine) J.Crew, deux jupes Tara Jarmon, une chemise & Other Stories, cinq collants Dim, trois jupes faites par ma maman, une paire de running Adidas, une autre Nike et une paire de boots Minelli.

Je sais que ça peut paraître beaucoup, mais tout cela s’étale sur un an, sans aucune omission. Difficile de faire moins quand on est une journaliste mode, réd’chef d’un site lifestyle.

Cette liste m’inspire plusieurs réflexions.

Etagères Clotaire | L’atelier Belle Lurette, rénovation de .. | Vintage – CLOTAIRE

1- Je suis contente de constater que la maturité a du bon: même s’il est encore un peu tôt pour le savoir, je n’ai pas l’impression qu’une seule pièce achetée cette année restera insuffisamment portée. Même quand je me décide rapidement, je ne fais plus d’erreur d’achat d’impulsion. Je connais mes goûts et mes besoins. Je sais ce qui me va. Face à un vêtement, je sais aussi rapidement évaluer la qualité de la matière et de la coupe (raison pour laquelle j’ai tant de mal à acheter en ligne sans avoir au préalable touché et essayé).

2- Tiens tiens, plus rien ne vient de chez Zara ou H&M. Ca n’est pas un hasard: je viens de vérifier, je n’avais déjà rien acheté chez eux en 2015 et 2014. Zara fut pourtant pendant des années mon premier fournisseur de fringues. Je continue d’ailleurs d’y entrer régulièrement, mais j’en ressors aussi vite, dégoutée par la piètre qualité des matières. Chez H&M, c’est encore pire: je n’y entre plus du tout, fatiguée d’avance à l’idée de devoir farfouiller dans un bazar de fringues cheap produites dans des conditions douteuses.

3- Je continue pourtant d’acheter du made in China, quand la matière est belle ou que je n’ai pas le temps de trouver mieux. Mais je suis très sensible au made in Europe. Quel plaisir d’acheter une jupe Tara made in France ou des boots Minelli made in Portugal!

4- En septembre, mue par une envie de brocart, j’ai demandé à ma mère, couturière émérite, de me faire quelques jupes corolles, une forme facile à reproduire et qui colle bien à ma morphologie. Cela faisait des années que je ne l’avais pas sollicitée. Elle coud très bien mais je suis si exigeante que j’avais fini par arrêter de l’embêter. Cette fois, l’envie était trop forte. Ca n’est qu’une fois le processus en cours que j’ai compris à quel point cette décision venait de loin: certes j’avais envie de brocart, mais j’avais aussi envie de fait main, de discussions autour des essayages, d’ajustements à tâtons et de plaisir à porter quelque chose pensé ensemble. Inconsciemment, j’avais envie de prendre le total contre-pied de la fast fashion. L’expérience s’est avérée d’autant plus enrichissante qu’elle m’a permis de découvrir l’antre de Bennytex, un entrepôt de tissus bien connu des blogueuses couture, planqué dans une zone industrielle d’Aubervilliers et qui abrite des fins de série d’excellente qualité, achetées en France et en Italie. J’éprouve un immense plaisir à chaque fois que je porte ces jupes.

Etagères Clotaire | L’atelier Belle Lurette, rénovation de .. | Vintage – CLOTAIRE

5- J’achète de plus en plus sur Internet. Je limite les déconvenues en commandant essentiellement des produits que j’ai déjà essayés avant. J’adore expérimenter l’achat en ligne, comparer la façon de faire de chaque site. Les marques font énormément de progrès en ce moment. Elles ont encore beaucoup de chemin à faire, mais le défi à relever est immense, une vraie révolution. J’aime bien faire des essayages en magasin physique, hésiter, revenir chez moi les mains vides puis me décider au calme, trois jours plus tard, derrière mon écran.

6- Mes Nike et mes Adidas, achetées il y a quelques jours, seront sûrement les dernières que j’achèterai. Depuis que je cours quotidiennement, j’ai pris l’habitude de renouveler mon équipement en fin d’année: deux paires de chaussures ainsi que le minimum nécessaire de tee-shirts, leggings et/ou brassières. Ces fringues n’étant vues que de moi, je ne me préoccupe que de l’aspect technique: des chaussures qui limiteront les risques de blessures et des brassières qui assureront le meilleur maintien. Les années précédentes, j’allais chez Le Pape, l’un des multimarques référents à Paris en matière de running, et m’en remettais aux conseils des vendeurs. Cette année, je me suis contentée de commander en ligne deux modèles de chaussures proches de ceux de l’année dernière, en promo.

Mais peu après avoir passé commande, j’ai regardé sur Netflix The True Cost, le documentaire de 2015 que plusieurs lectrices m’avaient recommandé lors d’une discussion dans la Styles Room. Dire que le film m’a fait prendre conscience que je devais consommer autrement serait inexact. Je réfléchis depuis longtemps aux conditions de production dans la mode. Mes habitudes évoluent progressivement. Sûremen trop lentement aux yeux de certains, mais elles évoluent. Il n’empêche que ce visionnage m’a donné du grain à moudre. Mon premier réflexe a été de chercher quelles baskets j’aurais dû acheter plutôt que des Adidas ou des Nike. Je cherche encore tellement l’offre sport « responsable » est pauvre. Je vous ai ensuite demandé de l’aide sur Facebook pour mon choix de brassières. Vos propositions ont afflué, mais bien peu étaient à la fois adaptées au running et « éthiquement » sûres. Bref, je tiens mon défi mode de 2017: réussir à concilier style, budget serré et approche la plus durable et respectueuse possible des hommes et de l’environnement.

Et vous, comment avez-vous consommé la mode cette année? Qu’est-ce que vous vous êtes acheté? Vous en êtes où de votre rapport à la fast fashion? Et quelles marques de running « green » me recommandez-vous?

Etagères Clotaire | L’atelier Belle Lurette, rénovation de .. | Vintage – CLOTAIRE

Suivez Café Mode sur Facebook, Twitter, Instagram, Pinterest

Comment Vintage – CLOTAIRE sera-t-il dans le futur | Vintage – CLOTAIRE – Vintage – CLOTAIRE
| Pleasant to my own website, within this time We’ll show you with regards to keyword. Now, this is actually the initial impression:

Miroir Clotaire | L’atelier Belle Lurette, rénovation de .. | Vintage – CLOTAIRE

Why not consider image over? will be that will awesome???. if you think thus, I’l l provide you with many graphic once more under:

So, if you’d like to obtain all these wonderful images related to (Comment Vintage – CLOTAIRE sera-t-il dans le futur | Vintage – CLOTAIRE), click save button to save the shots in your pc. They are ready for transfer, if you’d prefer and want to grab it, just click save logo in the post, and it’ll be instantly saved to your notebook computer.} As a final point if you’d like to have unique and latest graphic related with (Comment Vintage – CLOTAIRE sera-t-il dans le futur | Vintage – CLOTAIRE), please follow us on google plus or save the site, we try our best to offer you regular up-date with all new and fresh images. Hope you enjoy staying here. For many up-dates and latest news about (Comment Vintage – CLOTAIRE sera-t-il dans le futur | Vintage – CLOTAIRE) pictures, please kindly follow us on twitter, path, Instagram and google plus, or you mark this page on book mark area, We attempt to present you up-date periodically with all new and fresh shots, enjoy your browsing, and find the best for you.

Tags: